RECONNAISSANCE
EnQuête pour réellement devenir Soi

 

 

DE L’INTÉRÊT À VIVRE VOTRE VIE

 

Quelquefois il semble que rien ne veuille marcher comme il faut, que tout échoue. Vous entreprenez quelque chose qui n’aboutit pas. Vous commencez une relation qui ne dure pas ou qui n’est pas harmonieuse et fait souffrir.

Vous avez l’impression que la vie s’acharne sur vous : « Il me tombe toujours dessus des pépins, des épreuves. Je ne comprends pas pourquoi. C’est toujours comme ça… Et pourtant, je suis sympa. Si j’étais méchant, je le concevrais, je me dirais c’est le karma : on récolte ce qu’on a semé, mais je ne tuerais même pas une mouche. Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter cela ? »
Tout cela avec un fort sentiment d’injustice et de rancœur envers la vie, sinon autrui…

C’est normal que rien ne fonctionne si vous ne vivez pas votre vie. Les épreuves auxquelles vous êtes confronté ne sont pas les vôtres, vous ne pouvez donc pas les comprendre. Alors que Vos épreuves ont un sens, elles vous enseignent et vous font grandir. Elles sont comme des enrichissements de qui vous êtes.

Je me suis représentée l’humanité comme dans un fabuleux théâtre où se jouxteraient les différentes scènes de théâtre correspondant chacune à la vie d’un humain. Il y aurait une scène ‘Les trois mousquetaires et les bijoux de la reine’ c’est la vie de d’Artagnan. Une autre ‘Le livre de la jungle’ celle de Mowgli, etc.
Qu’est-ce ‘ne pas vivre sa vie’, et que se passe-t-il alors ?
Supposez qu’au lieu d’aller dans sa vie « Les trois mousquetaires et les bijoux de la reine », d’Artagnan, s’engage dans « Le livre de la jungle ».
Évidemment, là, il serait perdu. La forêt est impressionnante par la taille des arbres aux lianes qui semblent les tisser entre eux, avec de curieuses plantes plus grandes que lui. Tous ces bruits, cris, feulements, craquements qui déchirent l’air suffocant et poisseux.
Le pire est quand se met à grogner un imposant gorille, tout poilu, ses yeux noirs exorbités. Devant une telle bête, d’Artagnan est sous le choc « Mais qu’est-ce que c’est que ce monstre ? » d’autant plus que le gorille a l’air menaçant. Bien sûr il veut s’enfuir dans la direction opposée, mais de ce côté arrivent des indigènes qui l’ont repéré et veulent le manger en « Apéri-cube ».
Panique, peur, frustration face à ces épreuves qui s’abattent sur lui. Arrive la fameuse question : « Mais qu’est-ce qui se passe, la vie s’acharne sur moi. Je ne comprends vraiment rien de tout ce qu’il m’arrive. » À laquelle on peut répondre : « Qu’est-ce que d’Artagnan fait là ? » Ce n’est pas sa vie, ce ne sont pas ses épreuves, il ne peut donc pas en tirer une leçon.

Par contre, lorsque vous vivez votre vraie vie, cela ne veut pas dire qu’elle sera un long fleuve tranquille, mais quand vous aurez une épreuve, vous pourrez en tirer un enseignement.

Voici justement une épreuve pour d’Artagnan que je vous décris. D’Artagnan galope, avec dans la poche les bijoux récupérés qu’il doit vite rapporter à la reine. Le rejoignent des soldats de Mazarin qui veulent les reprendre pour faire un coup d’état – voire le tuer aussi, pour en être enfin débarrassé une bonne fois pour toute. D’Artagnan retire de son fourreau son épée et le voilà qui combat farouchement. C’est déjà une épreuve, mais ce n’est rien encore, car soudainement, un soldat l’atteint et lui fait une profonde entaille au bras, la veste et la chemise sont coupées, la chair aussi dont un morceau pendouille et dégouline de sang. Cela fait horriblement mal, il est même sur le point de s’évanouir.

Mais tant que votre dernière heure n’a pas sonné, vous n’avez rien à craindre, vous ne mourrez pas.
Et assurément, ce n’était pas encore le moment pour d’Artagnan.
La Vie étant Amour véritablement, les Trois Mousquetaires arrivent au galop, le rejoignent et se battent à ses côtés. Il peut remonter sur son cheval et s’enfuir au galop vers une ferme au loin. En ce lieu, il faut nettoyer la blessure, désinfecter peut-être avec de la Gnole dont il boit aussi un petit coup pour s’étourdir et moins souffrir. Il faut recoudre la plaie avec une grosse aiguille, du gros fil, il n’y a pas d’anesthésie, Aïe Aïe Aïe ! Vraisemblablement restera une vilaine cicatrice avec des bourrelets. Pas de doute, c’est une grosse épreuve.
Mais à ce moment-là, d’Artagnan commence à réfléchir sur la manière dont s’est déroulé le combat, sur ses erreurs : « Je n’ai pas été assez vigilant pour me protéger sur le côté gauche » lorsque tout d’un coup, il vient à concevoir : « J’aurais dû pointer la ‘botte de Nevers’. » Et oui ! Voilà l’enseignement.

La Vie généreuse et patiente avec vous, vous donnera toujours d’autres occasions de vous entraîner autrement, de mettre en pratique vos nouvelles connaissances.
La fois suivante, lorsque d’Artagnan est rejoint par des soldats ou des brigands, cette fois-ci, il fait très attention à protéger son côté gauche, le droit aussi d’ailleurs. Et tant mieux, car son adversaire va le toucher encore plus à gauche. Mais heureusement d’Artagnan fort de sa précédente expérience, esquive le coup et riposte avec la ‘botte de Nevers’. Ouf ! Il a eu chaud, là est le cœur, le coup aurait été fatal.
Je peux vous assurer qu’il serait plein de gratitude et content de s’être fait entailler le bras la fois précédente. Car cela lui aurait sauvé la vie cette fois-ci. Grand merci pour l’épreuve bénéfique.

Si l’on revient à la scène ‘Le livre de la jungle’, pour Mowgli tout va bien. S’il ne veut pas rencontrer le gorille, il s’agrippe à une liane et d’arbre en arbre va retrouver les indigènes avec qui il doit déjeuner. C’est une tout autre histoire.

Certains pourraient se dire : « Vivre sa vie, ne pas vivre sa vie. D’accord, mais comment puis-je savoir  si ce que je vis est vraiment ma vie, celle qui me correspond ? D’une certaine manière, je ne sais même pas qui je suis. »
Alors il y a ce très beau principe dans la tradition Reiki Usui Shiki Ryoho qui conseille : Gagnez votre vie honnêtement !