RECONNAISSANCE
EnQuête pour réellement devenir Soi

 

1ère PARTIE

LE MONDE RELATIF

 

 

 

« QUI SUIS-JE ? »

 

Quand je suis venue à me poser la question « Qui suis-je ? », j’ai tout de suite commencé par établir un descriptif de qui j’étais physiquement une femme avec un âge, une taille, des mensurations. 

Et puis, j’ai fait une énumération des goûts que je pouvais avoir :  j’aime la glace à la vanille, les couchers de soleil, Schubert et le jazz, les arbres au bord de l’eau, et mes enfants…

Je me suis rappelée quelques expériences vécues qui avaient été importantes dans ma vie, et j’ai pris en considération quelques croyances et opinions.

C’était à peu près tout.

J’ai rajouté néanmoins toutes les identifications qui avaient été faites à mon sujet par les autres depuis que j’étais née. J’avais de nombreuses fois entendu dire :  « Elle est comme ceci ou cela » lorsque l’on parlait de moi. Ou adressées directement à moi-même « Tu es trop ci, pas assez ça, cela ne va pas comme tu es. » Et puis, ce qui n’était pas un compliment et ne présageait rien de bien pour l’avenir, « Tu es bien comme la tante Germaine ! » Heureusement j’ai aussi eu droit à « Elle tient beaucoup de l’oncle Albert » qui était la grande et idéale référence de la famille. 

J’ai longtemps cru qu’ils disaient vrai !

Je savais aussi tout ce que je ne suis pas et que je présente aux autres, pour correspondre aux attentes qu’ils peuvent avoir de moi, pour être appréciée, reconnue et avoir de la valeur à leurs yeux, pour être aimée.

Bien sûr, j’ai complété avec quelques traits de caractère auxquels je m’étais jusqu’à présent très identifiée : «  Je suis tellement ça…! »

Mais justement « tout cela » est ce que je ne suis pas car beaucoup trop relatif, changeant, aléatoire… Alors qui suis-je, véritablement ? Il n’est pas si évident que cela de répondre à cette question. Une fois retirées toutes les considérations familiales, sociales et culturelles, que restait-il ? J’ai donc décidé de partir à la découverte de qui j’étais.

Comme je suis de nature optimiste, j’ai considéré, aux dires de grands Sages qui seront confirmés par mes années de pratique et de travail intérieur, que j’étais Amour ! 

Cela nécessite évidemment des précisions sur la définition et des explications. Car Amour n’est probablement pas ce qui vient à l’esprit du plus grand nombre comme identification finale pour soi-même sinon en ce qui concerne les autres. Rentrons maintenant dans les réponses que j’ai trouvées à mes questions.

Je peux également rajouter vous êtes Conscience ! Mais n’allons pas trop vite.

J’approfondirai toujours au fur et à mesure de ce livre ; lorsque je répète c’est pour compléter. Je vais commencer avec cette assertion : Je suis Amour, vous êtes Amour.